Voir l'équipe

 

Ses missions

Le pôle Forêt Sèche (PFS) assure la coordination et la mise en œuvre d'un programme d'actions dédié à la préservation des forêts sèches en Nouvelle-Calédonie.

Ses missions s'articulent autour de quatre objectifs principaux définis à la suite de l'évaluation du Programme de Conservation des Forêts Sèches (PCFS), réalisée en 2012 :

  • Accroître la superficie de forêt sèche protégée et gérée.
  • Développer les plantations de forêt sèche dans les sites protégés pour améliorer la résilience et la connectivité avec les écosystèmes à proximité.
  • Informer et sensibiliser les scolaires et le grand public, et les impliquer dans la conservation des forêts sèches,
  • Coordonner la gestion des sites prioritaires de forêt sèche.

Pour protéger et étendre les forêts sèches existantes, et favoriser ainsi la conservation des habitats et des espèces, le CEN a validé des objectifs ambitieux pour les 10 ans à venir, notamment :  le doublement du rythme de protection physique des sites de forêt sèche, en passant de 300 ha à 600 ha protégés physiquement ; et la multiplication par 10 des surfaces reboisées. Un objectif complémentaire est d'améliorer la maîtrise foncière des sites en parallèle du renforcement de la protection réglementaire.

Quelques actions pour 2019

Les démarches de conservation entreprises et coordonnées par le Pôle Forêt Sèche concernent notamment :

  • La prise en compte des forêts sèches dans l’aménagement du territoire avec une approche paysagère, par la mise à jour de la cartographie des forêts sèches en Nouvelle-Calédonie, l’identification des connectivités, l’intégration des enjeux de protection dans l’élaboration des plans d’urbanisme directeurs (PUD).
  • L’animation de groupes de travail à l’échelle pays pour coordonner la gestion des sites, améliorer la maîtrise foncière, actualiser le réseau de suivis scientifiques, protéger les espèces rares et menacées des forêts sèches.
  • L’animation de plans de gestion sur six sites prioritaires, et l’élaboration de trois plans de gestion supplémentaires, en collaboration avec les collectivités gestionnaires et les propriétaires terriens.
  • Le développement de plantations pilotes à grande échelle sur la presqu’île de Pindaï (Pouembout) pour la mise au point de techniques de restauration efficientes.

  • Le suivi scientifique des forêts sèches existantes sur les sites prioritaires, mais également le suivi des toutes premières parcelles reboisées pour l’évaluation de l’état de la restauration après plus de 10 années.

  • La capitalisation des expériences de restauration écologique des forêts sèches dans un vade-mecum technique, en appui aux gestionnaires de sites, aux porteurs de projets de restauration et pour la mise à disposition des connaissances auprès du plus grand nombre.
  • L’élaboration de supports pédagogiques d’information (guide d’identification de la faune des forêts sèches) et la coordination d’un programme de sensibilisation sur l’ensemble de la Grande Terre.